Régression sous hypnose

Images 22

 

Pour retrouver la ou les raisons de vos phobies, de vos pathologies, de votre mal être, de vos traumatismes,  pour comprendre le sens de votre vie et retrouver l’harmonie et une bonne raison de vivre.

Cette expérience riche en émotions et en révélations vous permettra de comprendre qui vous êtes vraiment, ce que vous êtes venus faire dans ce monde, pourquoi vous vivez parfois des situations difficiles, et comment, par votre expérience de vie, vous êtes amené à régler votre karma.

Tous ces désagréments sont en résonnance avec vos vies passées. Votre chemin de vie actuel est la cause à effet de votre comportement, de vos agissements, de vos jugements d’autrefois. Il en résulte un karma plus ou moins chargé.

Le but est de vous faire retourner dans ce lointain passé afin que vous puissiez voir par vous-même les détails les plus marquants qui sont encore présents en vous aujourd’hui.

Le principe est de vous guider dans ce ‘’‘voyage’’ afin d’y trouver vos réponses pour ensuite comprendre tout le sens de votre existence.

Suite à cette expérience, vous sentirez une délivrance et vous comprendrez que vous n’êtes pas une victime.

Vous n’en voudrez plus aux ‘’autres’’ ou à la situation que vous vivez, car vous aurez compris que toutes les difficultés rencontrées vous ont servi à passer certaines épreuves pour régler une grande partie de votre karma accumulé tout au long de vos vies.

 

Voici le récit de deux séances de travail approfondi pratiquées sur une femme âgée de 48 ans, afin de comprendre et d’éliminer une phobie des petits oiseaux.

Cette personne faisait également un cauchemar récurent lorsqu’elle était petite : Elle se voyait dans un lieu sombre, sale, et parsemé de bouches d’égouts pardessus lesquelles elle sautait, aidée par un bras tendu au dessus d’elle, comme un guide, pour lui éviter de se faire attraper par des mains qui sortaient par les orifices de ces bouches.

Cette explication est une définition type du bas astral.

De plus, dans son enfance, elle se voyait souvent en rêve sur un pont, cette image la déstabilisait.

Suite à notre entretien, je commence la séance par l’imposition des mains au niveau de ses pieds, de ses genoux, de ses hanches. Elle se trouve dans un état de relaxation absolu. Ensuite en plaçant ma main droite sur son ventre, au niveau du nombril, son visage et ses attitudes laissaient voir une gêne extrêmement désagréable. Je décidais alors de commencer la canalisation et lui demandait pourquoi elle réagissait de la sorte.

Je remontais le temps, en partant de ses 48 ans, jusqu’à l’âge de 10 ans,  je ne décelais rien. Puis, arrivé à l’âge de 5 ans, elle me répond 

« J’ai entre 4 et 5 ans, mes cousins prennent un malin plaisir à me chatouiller le ventre à n’en plus finir – Je n’en peux plus – Je vais en mourir - Ils le font juste pour s’amuser, rien de plus. »

Il est évident que pendant cette séance je posais les questions appropriées sur les trois problèmes pour lesquels elle était venue me consulter : le traumatisme envers les petits oiseaux et les cauchemars récurants. Par contre, ce problème décelé en cours de route, qui n’avait pas été abordé auparavant venait de se résoudre. En fin de séance elle m' expliqué que  depuis ce temps là personne ne pouvait lui toucher le ventre, elle ne pouvait pas le supporter.

Je continue donc jusqu’à sa naissance : rien. Pendant les neuf mois de grossesse : toujours rien.

« Maintenant, vous êtes juste avant votre incarnation, que voyez-vous ? »

« Tout est noir, le néant. »

« On remonte plus loin dans le temps, lors de votre dernière incarnation, que voyez-vous ? »

« Un pont, je suis sur ce pont. »

« Que faites-vous sur ce pont ? »

« Je crois que je vais sauter »

«  Pourquoi ? »

« Parce que personne ne m’aime où je suis »

« En quelle année êtes-vous ? »

« Je ne sais pas »

« Sautez-vous de ce pont ? »

« Oui, on est en 1612, je suis habillée d’une robe rouge, d’une coiffe blanche, et j’ai une croix autour du cou. »

« Avez-vous souffert lors de votre chute ? »

« Je n’ai rien senti »

« Dans quel pays êtes-vous ? »

« Je ne sais pas »

« Sous ce pont, y-a-t’il de l’eau ? »

« Non, je suis par terre, autour de moi il n’y a que de l’herbe et des cailloux. Je ressens des picotements, des oiseaux me mettent des coups de bec. C’est désagréable. Je suis en Hollande, j’habitais dans une petite ferme avec mon père, nous étions pauvres. »

« Suite à ce suicide, que s’est-il passé ? »

« Je suis restée là trois jours, ensuite trois personnes avec des chapeaux noirs sont venus me récupérer et m’amener chez moi, où se trouve mon père. Je suis dans une caisse en bois, le couvercle n’est pas fermé, mon père pleure sur mon cercueil, je ressens son amour, que je n’avais jamais ressenti auparavant. Une femme aux yeux bleus, qui s’avère être ma voisine, m’arrache la croix que j’ai autour du cou. J’ai l’impression que cela m’enlève la seule protection qui me restait. Les hommes aux chapeaux noirs me transportent dans un endroit sombre et j’entends de la terre qui tombe sur le dessus de la caisse. J’ai très peur, j’étouffe, je suis morte mais je vois et ressens. Les jours passent, je sens l’odeur de la terre. Mon corps commence à se décomposer. Quelques semaines plus tard, un bras lumineux m’extirpe de ce lieu ou j’étais seul et je me retrouve dans un endroit sombre, sale, je passe mon temps, qui me parait une éternité, à sauter au dessus de bouches d’égouts ou des bras essayent de m’attraper sans cesse. Au dessus de moi, je sens ce bras tendu, qui m’aide à sauter au dessus de ces bouches, au moins je ne suis pas seule.»

« Comment ressentez-vous ce bras tendu vers vous, venant du haut de ces ténèbres ? »

« Comme un guide qui m’aide en permanence, pour éviter de descendre plus bas. »

« Combien de temps cela a-t’il duré ? »

« Je ne sais pas, une éternité »

« En quelle année à eu lieu votre incarnation suivante ? »

« En 1963 »

« Etes-vous resté dans le bas astral entre 1612 et 1962 ? »

« Oui, et après y avoir passé ce qui me semblait une éternité, j’arrivais à percevoir petit à petit et de mieux en mieux le corps de lumière attaché à ce bras – lorsque je l’ai vu en totalité, il m’entraînât dans un vortex de lumière – nous avons alors communiqué sans parole, comme par télépathie, afin que je puisse comprendre ma situation par rapport à ce suicide, et redescendre m’incarner dans cette vie d’aujourd’hui. Je pourrai ainsi réparer mes actes d’autrefois »

 

Cette phobie des oiseaux venait donc de cette situation vécue en 1612, et ce long passage dans le bas astral expliquait le cauchemar qu’elle faisait, étant enfant.

Le fait de revivre ces situations sous hypnose lui aura fait découvrir d’où provenaient ses phobies et ses cauchemars, et lui aura permis de s’en débarrasser. Elle comprend pourquoi elle vit toutes ces situations aujourd’hui ce qui lui permet de mieux passer ces épreuves.

 

Il faut savoir que cette personne s’est retrouvée dans cette vie dans une situation semblable à celle vécue en 1612 (la tentative de suicide).

De plus, elle est entourée aujourd’hui de personnes également suicidaires : son ex-mari, son fils et son nouveau compagnon – Et elle tente par tous les moyens de les sortir de cette situation.

C’est son ‘karma’ pour rattraper ses actes du passé.

 

Suite à son suicide, le père qu’elle à laissé seul en 1612, même si elle croyait qu’il ne l’aimait guère, en a beaucoup souffert.

Aujourd’hui, son fils, suicidaire, qu’elle ne voie que très rarement, lui fait payer cher son acte, sans être conscient de la raison pour laquelle il réagit ainsi avec sa mère - il s’avère qu’il n’est autre que le père de son incarnation précédente.

Suite à ce travail, alors qu’il n’avait pas été tenu au courant, il a ressenti un soulagement et un dégagement inexplicable qui a changé ses sentiments envers sa mère et sa façon de voir la vie en général.

 

Son deuxième fils n’est autre que cet être de lumière qui était venu la sortir du bas astral.

L’histoire actuelle de cette femme, et de ses vies passées, est un exemple universel de la cause à effet.

Notre vie présente est la conséquence des actes de nos vies passées.

On apprend qu’à nos dépends – Tout est juste, et nous sert à progresser – Toutes les situations sont bonnes pour grandir et retrouver l’être lumineux que nous sommes tous.

 

J’ai transcrit ici l’ensemble de ces séances, intégralement, mot pour mot, avec l’accord de la personne concernée.

                                         

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site